lundi 30 décembre 2013

31 Décembre dans mon bain je sifflote la Saint-Sylvestre

31 Décembre
dans mon bain
je sifflote
la
Saint-Sylvestre

adieu
crasse
adieu
chagrins
adieu
mon MySpace

adieu, adieu...

31 Décembre
dans mon bain
je sifflote
la
Saint-Sylvestre

l'eau s'en va
je pleure

plus jamais
2013
comme
1983
.....


31 Décembre
dans mon bain
je sifflote
la
Saint-Sylvestre


2014
arrive
La Nouvelle Année
arrive

je ris
envolé
dans ma nouvelle cage
Titi


Poète!

31 Décembre
dans mon bain
je sifflote
la
Saint-Sylvestre...

Ami Maxime pleure! ... Je pleure donc ami aussi!




Ami Maxime pleure!


 ...


 Je pleure  donc ami aussi!

mardi 24 décembre 2013

mes animaux en plastique de NOEL!

Koala

Tigre

Panda

Panthère
 
Girafe

Eléphant

Zèbre

Lion

Lama

Crocodile
....

tous de gémir et de pleurer

ce matin du 24 Décembre!

-----------------

Ah Poète

se plaignent-ils

nous n'y serons pas!

Seuls l'âne et le boeuf y ont droit

à Minuit!

------------------------

- A quoi donc

mes animaux de l'Arche de NOE?

-------------------------
Pardi

A la Crèche!


 ------------------------

Et j'ai

 gentiment

 exaucé leurs voeux!

Et

patiemment

je les ai tous sortis de ma boite d'enfant

un

par

un

poussiéreux

 et

tendrement

je les ai placés  devant l'Enfant Jésus

un

à

un


enfin satisfaits


et

paternellement


je les regarde


 un

à

un


enfin réconciliés

et

longtemps


je les contemple

un

à

un

retrouvés

à la lumière des guirlandes électriques

entre les Rois Mages et les Bergers

mes animaux en plastique de NOEL

Joyeux NOEL!

lundi 23 décembre 2013

Tic Tac mandarine

Tic tac!

Ligne 3
Pont de Levallois Bécon
je tique


Tic tac!


Crissements des pneus
Porte de Champerret
je tacle

Tic tac!

Cigales
Louise Michel
je bâcle 

Tic tac!

Emballements de cœur
Europe
je sable

Tic tac!

Bientôt
les
Grands Magasins....
Havre - Caumartin
je vaque

Tic tac!

Je pleure
défaite
Wagram
Tic tac!

le passage
le Printemps
l'odeur du  Métro paternel!

Tic tac!

Je ris
Saint-Lazare
Tic tac!

le futur
le retour à  la maison
la chaleur des stations maternelle!

Tic tac!

Maudite horloge enrayée
Anatole France
maudit crocodile

Tic tac!

Tic tac!

Tic tac!

Tic tac!


Je débâcle
mes souvenirs
...

maudit mois de mars

maudit Métro

maudit temps

maudite amertume

maudit Pont de Levallois-Bécon

maudit 

croqué 
Tic-Tac 
mandarine


Poète!

Rois, Poètes Indignez-vous, rêvez!



Ah

tous les jours
je m'endors
et je dors
et je rêve

-que je rêve, que je rêve!

Ah

tous les jours
je m'endors
et je rêve
et je dors

-que je dors, que je dors!

Et

que

le monde
la nuit
au clair de lune
est
bien pâle

quand je tente de repeindre
des couleurs du rêve
du jour

mes poésies!

Et que ce monde
au petit jour
est bien joli

quand je tente de colorier
des couleurs du rêve
du jour

mes poésies!

Et
 je ris et je ris et je ris
à  l'aube
pour mieux vous guider
et je pleure et je pleure et je pleure
à  l'aube
pour ne pas vous perdre!


Et

suivez
suivez
suivez-moi
dans mon monde
personne ne me distraira
dans votre monde

de mon chemin!

Et

suivez
suivez
suivez-moi

dans mes rêves
personne ne me distraira
dans  votre  chemin

de mon monde!

Et

suivez
suivez
suivez ma musique

bien près
je vous entraîne 
bien loin!

Et

suivez
suivez
suivez ma musique

ne me rejetez pas de votre ville
je vous endors
n'ayez pas peur de mes airs!

Et

souvenez 
souvenez
souvenez-vous 

que dans mes rêves
vous êtes  
 mes rêves
alors...


Rois, Poètes

Indignez-vous, rêvez!

gentil Charon!

Ah

frère de Prométhée

gentil Charon

pauvre nautonier
 des marais de la Mort
pauvre compagnon
des damnés

toujours l'on a peur de toi
toujours l'on te craint

sans te connaître!

Les Poètes
te décrivent

sinistre
sombre
mélancolique
triste

obscur rameur

et

 ils ont bien raison

et

ils ont bien tort aussi

mon incompris Charon!

Ah

ils ne le disent pas

que tu es beau
Charon

et comment

tu te mets
trop
au diapason
de celui que tu accompagnes

femme, enfant, vieillard...

 tu es si beau
Charon

quand tu leur chantes la dernière chanson

la chanson qui les accompagne
chez le roi Hadès

et

joli Charon

tu prends ton temps
avec eux
à travers les colchiques
tu ne te hâtes pas
à travers les lys et les nénuphars
ta barque tue le temps

et

gentil Charon

tu balances tes rames
si doucement
à travers l'eau
qui
rissole

que tu sembles te figer

éternellement
fugacement!


Ah
miséricordieux Charon

tu aimes ceux que tu accompagnes
et tu es condamné par Zeus à ce travail
et tu t'enfermes dans la tristesse
passeur des âmes
et tu maudis ton destin

tu aimes trop ceux que tu accompagnes!

et que tu abandonnes
de l'autre côté de la rive

et au retour
mélancolique Charon
tu pleures
silencieusement
riche de  pièces de monnaie
que tu envoies
à chaque larme
par dessus l'épaule
dans l'eau trouble

en ramenant la barque

encore plus lentement

personne ne doit te voir pleurer
sinon c'est le Tantale

Zeus ainsi t'a maudit

et depuis l'Humanité te hait
puni Charon
et personne à part toi n'entend ta plainte


sauf
 Zeus

et Apollon

qui me fait entendre tes sanglots

le temps d'un poème
pour toi
frère de Prométhée

frère des humains
gentil Charon!



mon Tamagotchi Poète!

Ma poésie est un gentillet ruisseau

qui  doucement

à la mer

va

tranquille

mais

il ne dépend que de toi

Lecteur

d'en faire

grandiose

un Gange

tumultueux

ou

un Mississippi

orageux

ou

une Amazonie

...


Ma poésie est un gentillet ruisseau

qui  doucement

à la mer

va

preux

mais

il ne dépend que de toi


Lecteur

d'en faire

peureux

une Charente

ou

couard


une  Seine

ou

poltron

une

Seudre

ou

froussard

 une  Seugne

ou

le Paillon

...


Ma poésie est un gentillet ruisseau

qui  doucement

à la mer

va

humble

mais

il ne dépend que de toi


Lecteur

de le nourrir

orgueilleux 

de tes larmes

Lecteur

mais

il ne dépend que de toi


Lecteur

de le nourrir

fier

de tes rires

mais

il ne dépend que de toi

roi


Lecteur

de le nourrir

de tes rêves....



Ma poésie est un gentillet ruisseau

qui  doucement

à la mer

va

va

va


mais

il ne dépend que de toi

Lecteur

d'y nager

de t'y endiguer

de t'y creuser

de t'y  vivre

de t'y mourir

de t'y noyer

de t'y vivre

mon ruisseau poétique

 mon  Tamagotchi Poète!

la Satire!

Ça y est

elle est là

elle l'attend

et elle poudroie sa perruque
d'une épaisse neige blanche
Watteau

et il trempe sa plume
dans l'encre rouge
pas trop tôt!

et

il se prépare à écrire
rien que pour elle
elle l'aime
il le sait

et

elle lui raconte les pires péripéties de la Cour
qu'il écrit avec humour

d'une encre rose

et

elle lui décrit les ridicules de la Cour
qu'il décrit avec amour

d'une encre mauve


et elle prend bien soin de lui
de son petit duc
durant des décennies
de son petit-maître

et elle prend si bien soin de lui

qu' il ne se voit pas vieillir

et jamais
elle ne manque de le voir
fielleuse
chaque nuit
depuis qu'il a 19 ans
fielleuse
chaque jour
jusqu'à sa mort

et il n'y a que la Mort pour les séparer
et encore
chez Hadès
la Muse peut encore l'inspirer

et Poète
je la redoute

cette terrible Muse
ce poison
cette terrible Muse
reine des Neiges
cette terrible Muse

qui le rend célèbre
à travers les siècles
ce Duc de Saint Simon

cette terrible Muse
qui le fait écrire aussi vert

la Satire!

En escapade...

En escapade
de ses cours
en escapade
de
Bastia 
la Génoise

à l'ombre d'un châtaignier

le jeune
collégien
élancé
le chevelu
brun corbeau
sur un rocher
assis

loin
des versions latines
l'écolier
las
d'Homère
le jeune homme
fatigué de Rousseau

malgré le brouillard orange sirupeux
de l'aube
voit
en face
voit
à travers la Méditerranée aux mille yeux pers
voit
à travers les années
voit
là bas
sur l' Île d'Elbe
voisine

un vieillard chauve
roi de l'Acadie verdoyante
un vieillard bedonnant
là bas au loin

qui pleure  et pleure et pleure son royaume perdu

pauvre Saturne

rit-il!

.....

L' empereur
détrôné
celui qui faisait trembler
mil rois
le père privé de son fils
le César d'une si petite île

sur un rocher
loin de sa petite cour ridicule

là bas au loin
malgré le brouillard orange sirupeux
de l'aube
voit
en face
voit
à travers la Méditerranée aux mille yeux pers
voit
à travers les années
voit
là bas
en Corse
si proche

un jeune
collégien
élancé
le chevelu
brun corbeau
sur un rocher
assis

loin
des versions latines
l'écolier
las
d'Homère
un  jeune homme
fatigué de Rousseau

en escapade
de ses cours
en escapade
de
Bastia 
la Génoise

qui rit et rit et rit

et

le vieillard chauve
roi de l'Acadie
le vieillard bedonnant
là bas au loin

  cela le fait pleurer

son royaume perdu

Napoléon

son Île où il ne reposera jamais
à l'ombre d'un châtaignier

Napoléon

son
Bonaparte!

jeudi 19 décembre 2013

Et SURTOUT ne pas oublier les amandes!

Ile flottante?

Délos, Apollon...



Iles flottantes?


Vanille candide, cristal blanc en neige, caramel roux...miam!


Mes champs Élysées!

Et SURTOUT ne pas oublier les amandes!

lundi 16 décembre 2013

Chats de gouttière!

Mes Poésies?

Chats de gouttière!

Ni persans ni Ile de Man

 griffent
 certes
mordent
certes

mais
 gentils
me
ronronnent
à moi
les cruels



 Quai Conti!

dimanche 15 décembre 2013

Sur le petit pont de bois...

Sur le petit pont de bois

 je ris

ma vie


 passe


le fleuve!


 Sur le petit pont de bois

je pleure

 le fleuve


 passe


ma vie!

mercredi 11 décembre 2013

Charlie Charlie!

Dans le lac de Skye

 s'y reflètent

turquoises montagnes

  s'y reflètent 

 émeraudes vallées

 comme dans tes yeux


Prince

songe

 Flora


 comme moi Charlie!



Dans le lac de Skye

s'y reflètent 

émeraudes montagnes

 s'y reflètent

 turquoises vallées

comme dans tes yeux


mon Roi


 le berce

Flora



comme moi Charlie!



 Dans le lac de Skye

 s'y reflètent  toujours...

 et Flora

jeune chante vieille

pour oublier son chagrin

et le soir

 Flora pleure

son amant du Lac de Skye disparu

 mais

à l'aube

Flora croit

-et comme ses descendants

et comme moi!-

 Charlie

 avec le soleil
le Prince
avec l'aube rose
le Roi
sur le Lac de Skye

Charlie

un jour il reviendra!




mardi 10 décembre 2013

Abeilles..

Abeilles

dans la ruche
dormissantes
heureuses

dans le miel!

Dehors lac gelé, neige sucrée...


Abeilles

dehors la ruche
caressantes
heureuses

dans le pollen!

Dans leurs rêves gelée de miel, neige sucrée...

lundi 9 décembre 2013

Mon épitaphe sur ma tombe...

Passant

 gentil

sur
ma
 tombe


presse moi

du citron

acide

et aussi

verse moi
du
lait d'amande

doux

de toi

déjà


j'ai soif!

Ver

Pons

Rue des Jardins

Ver paresse trop tard!


 Pons


Rue des Jardins


 Ver paresse trop tôt! ...






Pauvre hiver!

maudit MySpace!

Nice
j'adore
ton bleu!

Nice
j'adore
tes bleus!

Rochefort
j'adore
ton gris!

Rochefort
j'adore
tes gris!

Mauve...

Plus de mauve
sauf autrefois
sur..

pas de nuance

maudit MySpace!

vendredi 6 décembre 2013

Le temps d'une farandole...ma farandole!

Devant la plage

sur un banc

près de la villa Farandole.....

Ah farandole....

Farandole

 de

coquillages

craquelins

  en


farandole!



Farandole

 d' étoiles de mer

Candy

  en

 farandole!




Farandole

 de

châteaux de sable

éventrés

  en

 farandole!





Farandole

de

pommes rouges

gentilles reines

croquées

  en

 farandole!




Farandole

de

 gaufres miellées

tombées dans la poussière


  en farandole!




Farandole

 des

grains

de

sucre glacé


 sur le bout du  nez

  en farandole!





Farandole

des

algues desséchées


foulées


  en farandole!



Farandole

 de


Guignol

bateleur

sur la Place


en


farandole!



Farandole

 des

phares de Cordouan

dans la brume

 des phares de Cordouan

au soleil

des phares de Cordouan

au coucher de soleil


des phares de Cordouan

  en

 farandole!


Farandole

des villas

que l'on quitte

le 30 aout

avec le bus.... 

Ah farandole...


Farandole

des riens et des tous

farandole

du Passé,

du Présent

 et

du Futur

farandole

des enfants

Scrooge Poètes

farandole

des

fantômes

en

farandole


....farandole!


Ah

qu'il est doux de danser


avec Apollon


le temps d'une farandole

 devant la plage déserte

la farandole


avec la marée qui descend

près d'un banc

en farandole



près de la villa Farandole

ma farandole!
















lundi 2 décembre 2013

hippocampe Poète!

Août
 mutin

me farandole
ce matin:

Poète

suis ton chemin de craie

écoute  toi

 sauve-toi
dans la mer
enfin
nage nous libre
enfin
évade nous
enfin
 porte nous

enfin

césaire-toi donc

à la fin

cavale

 hippocampe Poète!

percolateur

Premier Décembre

sur le feu
boudins noirs

rissolant

sur le feu
boudins blancs

rissolant

sur le feu
Mélancolie

rissolant


sur le feu
rissolant
percolateur
 sur le feu
rissolant

...

ah

percolateur

Apollon

Poète!

jeudi 28 novembre 2013

la!

La  chante las

chante

Ménélas


là chante las

chante

le

blond roi


las  chante la

chante

l'arbre

 blessé




à mort

las


chante


las

au vent de novembre



Ménélas


la

délicieuse mélodie du Bonheur


la!

lundi 25 novembre 2013

Seugne

Seugne

37  verts canards


et moi!



Seugne

deux ponts


Lancelot



et moi!


Seugne


 les feuilles jaunies
sous un arbre
 les premiers bourgeons



émois!

chantres oh soleil Poète!

Pons

au soleil

rient

drapeau blanc
donjon
champs de lin

au soleil

chantent
au vent
fontaines

pleurent

chantres

oh soleil Poète!

vendredi 22 novembre 2013

lundi 18 novembre 2013

Paris, Saint Augustin!

Paris, Saint Augustin


dentelé


sous la brume!





Paris,

Saint Augustin

dents

de

laits


saoul

...la brume!




Paris, Saint Augustin!

jeudi 14 novembre 2013

le bon temps!

Les amis

entre eux

 rient

 le bon temps!


 Les frères

 entre eux

 pleurent


 le bon temps!

jeudi 3 octobre 2013

paisible Lac de Cadeuil!

Ah

paisible lac de Cadeuil

au clair de lune
tu t'ondules
au clair de lune


si innocemment

et

je médite

pauvre lac de Cadeuil
encerclé

à

ton sort

orphelin
 

.......................

mais

une nouvelle fois

ce soir

par défi

je me plonge

dans

tes  flots

vert Colchide

labyrinthe



mais

une nouvelle fois

je me roule dans tes sables ferrugineux

mais

une nouvelle fois je m'ocre

le corps et l'âme

mais

une nouvelle fois

je reviens à la maison

chargé de tes alcools de colchique et de mûrier

mais

une nouvelle fois

je me pique dans  tes chardons et tes bruyères


mais

 une nouvelle fois


je me douche

et ta poussière devient sang

et tes épines restent accrochées à mon coeur

.................

et une nouvelle fois

je te maudis!

O

Lac de Cadeuil

tu es si beau

et

tes roseaux chantent une si jolie mélodie

au vent d'ouest

mais tu es si dangereux
Lac de Cadeuil
mais tes aubes sont si sanguinaires
Lac de Cadeuil
mais au fond je ne t'aime pas

paisible lac de Cadeuil

car dans tes flots

que de malheureux noyés dans tes abîmes

que de malheureux étranglés dans tes lacets

que de malheureux qui errent la nuit

de toi

 fantômes

comme moi

paisible Lac de Cadeuil!




mercredi 2 octobre 2013

Tout va bien!

A Pons

je ris

sous l'orme

Apollon

de nouveau

aiguille
enfin
anguille

mon train de rimes

de nouveau

Apollon

sous l'orme

je ris!

Tout va bien!

A Pons!



lundi 30 septembre 2013

tout à l'heure grand-maternel!

Café noir
fort
le matin
dans la maison
que le silence mortel
ce matin
autour de la maison
que le brouillard roi
-une purée de pois!
que des chats mendiants
qui attendent
spectateurs
leurs pitances
dehors

et
la porte d'entrée
qui grince et grince
sinistre tarentelle
et se referme

et
un caddy

qui use ses roues
usées
dans les cailloux
blancs

et une ombre
emmitouflée
qui s'efface
dans le brouillard
qui disparait
escortée de chats miaulant
dans le matin
blême
....


et qui
tout à  l'heure
reviendra
avec les chats
ronronnant

et qui
tout à  l'heure

  reviendra
avec le soleil
et qui
tout à  l'heure

 reviendra
avec le caddy
flamand
et qui reviendra
tout à  l'heure

 plein de ris


et qui reviendra

tout à  l'heure



-----


tout à  l'heure


grand-maternel!

mercredi 25 septembre 2013

au miroir, au miroir du deuxième étage de la villa

Au miroir, au miroir du deuxième étage
de la villa
les enfants amusés
s'y voient grandir!

Au miroir, au miroir du deuxième étage
de la villa
les adultes médusés
s'y voient  vieillir!

Au miroir, au miroir du deuxième étage
de la villa
les vieillards résignés
 s'y voient fléchir!

Au miroir, au miroir du deuxième étage
de la villa
les vivants désespérés
 s'y voient
dépérir
s'y voient
languir
et
mourir............!

Et pourtant

tous y  vont
pleins d'espoir
tôt ou tard
plein de désespoir

à la pointe des pieds


s'y voir

au miroir, au miroir du deuxième étage
de la villa!






Trop Léonard!

Ma Florence, mon Yahoo!


Et j'y déambule heureux!

Et j'y croque des pommes bleues!

Et j'y ris et j'y ris!

Mon royaume! Mon royaume!


Trop Léonard!



Ma Florence, mon Twitter!


Et j'y erre heureux!

Et j'y croque des  pommes bleues!

Et j'y ris et j'y pleure!

Mon rouge-gorge! Mon rouge-gorge!


Trop Léonard!




Ma Florence, mon Youtube!


Et j'y chante heureux!

Et j'y croque des  pommes bleues!

Et j'y pleure et j'y ris! Et j'y pleure et j'y ris!

Mon amandier en fleur!


Trop Léonard!




Ma Florence, mon MySpace

Et je m'y traîne malheureux!

Et j'y pleure, et j'y pleure!

Ma Carthage dévastée! Plus d'orichalque! Plus d'Alix! Plus d'Enak!

Tout y est mort....

Mon MySpace est mort!



Trop Léonard!

mercredi 7 août 2013

Juillet if...bénie rue des ifs ...If...maudit juillet!

Juillet

if....

bénie

 rue des ifs

à rebrousse

tout est possible

rue des ifs

je ris

rifs
je ris
rue des ifs
tout est possible

je rebrousse
mon chemin....

rue des ifs
tout est possible
rue des ifs
je gémis
rifs

je gémis

rue des ifs

je rebrousse
mon chemin....

 tout est possible

rue des ifs


à rebrousse



rue des ifs

If....

maudit


juillet!

samedi 20 juillet 2013

sans retenue!

Pleure, ris
dans le petit matin

ah bel  roseau
du petit chemin

avec le vent malin

sans retenue!

Aujourd'hui

 cahin-caha

 Poète

je te coupe

sans retenue!

Riez, pleurez
dans le petit matin

Abel  roseaux
du petit chemin

avec le vent malin


sans retenue!

Demain

Caïn aka

Poètes

vous me couperez

sans retenue!



vendredi 19 juillet 2013

prisonnier

Juillet

Rochefort

Potager du Roy

Soleil
derrière les grilles
Tour du Port

Juillet

Rochefort

Potager du Roy

Roses trémières
derrière les grilles
ciel bleu pastèque

Juillet

Rochefort

Potager du Roy

je m'éternise
quelques secondes
je t'éternise

ce soir

Potager du Roy

de toi
prisonnier
de moi


 Poète!









Aplon!

Dans la tribu, dans la tribu sauvage

l'on peint, l'on dessine, l'on chasse, l'on enterre, l'on prie

dans la tribu, dans la tribu sauvage

l'on pleure, l'on rit, l'on tue, l'on vit

dans la tribu, dans la tribu sauvage

l'on a sa place et on la garde

dans la tribu, dans la tribu sauvage

tous sont heureux

au coin du feu....

sauf le plus jeune des fils du chef

toujours à l'écart des autres

sauf le plus fragile des fils du chef

à chasser
impropre
à se battre

sauf le plus fragile des fils du chef

incapable de suivre la tribu, la tribu sauvage

sauf le plus beau des fils du chef

qui a si peur de la mort
dans
la tribu, la tribu sauvage

et cela attriste sa mère
et cela fait rager son père
et cela rend jaloux ses frères

tant de soins pour une bouche inutile

sauf le plus fragile des fils du chef

qui ce matin

s'est écarté des autres

qui ce matin

s'est mis à l'écart

qui ce matin

écoute

le chant des petits oiseaux
tristes
comme lui
le chant des petits oiseaux
enjoués
comme lui
le chant des petits oiseaux
en vie
comme lui
le chant des petits oiseaux
menacés
 comme lui
le chant des petits oiseaux
agonisant
tués
râlant leurs derniers souffles
comme lui
un jour

avec attention!

Ah

il est comme eux
et
ils sont comme lui

et

il les imite
ce matin

et il transcrit
leurs larmes
et il transcrit
leurs rires
et il transcrit
leurs langues

à midi

lui seul

le soir

par des chants
depuis
au coin du feu
par des vers
depuis
au coin du feu
par des épopées
au coin du feu
par des chants mélancoliques
au coin du feu
par des rimes parfois stupides
pour rire

lui seul

métamorphosé

tour à tour
gracile moineau
ou menaçant rouge-gorge
ou fier aigle
ou roi paon
ou phénix des bois
ou
chardonneret
éternel mélancolique

lui seul

craint
maintenant
sacré

dans la tribu, la tribu sauvage

et

depuis

son nom est transmis
de génération en génération
de poètes

et

depuis

comme nous
il tente de dompter, d'amadouer, de distraire
comme moi

la tribu, la tribu sauvage

et

c'est lui qui a inventé la Poésie

et

j'essaie de l'imiter
modestement
j'invente

et

je vais vous dire
 le secret
quand même
je vais vous révéler
son nom

même si c'est un secret

et

 les oiseaux
l'aiment
les Poètes
l'aiment
dans toutes les langues
son doux nom
dans la tribu, la tribu sauvage
il  était connu
sous ce nom

il y a des millénaires

on l'appelait


Aplon!




jeudi 18 juillet 2013

Alexis, Alexis, Alexis... Aliocha!

 Nice

enfer
40 degrés à l'ombre
yeux figés

Alexis

descente du Parc Impérial

Boulevard du Tzarewitch


sur ses pas
la neige de l'été
salée
sous mes pas
les feuilles de coquelicots
 fanées
sous mes pas

je respire mal

une odeur de cyprès brûlé

je pleure

maudit destin des Romanov
pauvre Alexis
en sang
maudit
mois d'Octobre
pauvre Alexis
en sang
maudit
Dieu ogre
pauvre Alexis
en sang
maudit
Tsar Lénine
pauvre Alexis
en sang
maudit été
pauvre Alexis
en sang
maudite Révolution
pauvre Alexis
en sang...

O

le ciel
 rougeromanove
 tout ce soir
écarlate
la coupole de l'église orthodoxe
  ce soir
le ciel rougeromanove
tout ce soir
écarlate
la façade du Parc Impérial
ce soir.....

et tu te caches en vain
fantôme
dans la lumière crue
de la toundra en feu
qui envahit
Nice

ce soir

et tu te caches en vain
Alexis
dans la lumière crue
de la toundra en feu
qui envahit
Nice

ce soir

Alexis

je te vois
partout

et

je te donne raison

pauvre Alexis
en sang

moi qui te porte
dans ce poème
Poète maladroit
pauvre cosaque
moi qui te porte
dans ces vers
rimailleur éclopé

 Boulevard du Tzarewitch
enflammé

je te donne raison

quand

à l'aube
tu me souffleras
demain
à l'aurore

quand
tu t'en iras
Alexis

avec le vent frais du matin

hanter un autre Poète

avec le vent frais du matin

en me laissant ton message
Alexis

-Une  idéologie

 ne   vaut   pas

Alexis

mort!


 Jamais!

Alexis, Alexis. Alexis...Aliocha!


jeudi 11 juillet 2013

Au bord du plongeoir



Au bord du plongeoir
l'on a mal au cœur
au bord du plongeoir
l'on tremble et l'on tremble
au bord du plongeoir
tout se brouille

et pas à cause de l'odeur chlorée

et

l'on entend les cris des écoliers
au bord du plongeoir
goguenards
et
l'a mal au ventre
au bord du plongeoir
froussard

-Ah les copains!-

et

l'on ne peut plus reculer
l'âme à nue
et l'on maudit

cet enseignant qui braille

si près

cette piscine
sur le moment
cet endroit

cette enseignante qui braille

si loin

ces instants à ma vie arrachés

 - Ah si j'avais oublié mes affaires à la maison! -

et

obéissant
finalement
docile
finalement
résigné


l'on saute et l'on prie et l'on saute et l'on déteste  ce moment

et

obéissant
finalement
docile
finalement
résigné


l'on saute et l'on prie et l'on saute et l'on déteste encore plus ce moment



l'entrée dans l'eau
hyogaement
.les larmes sous l'eau!

O

quelle idée de m'y ramener
Apollon
à cette piscine
quelle idée de m'y faire replonger
Apollon
ce matin
même pour un poème
à ta piscine bleue

je tique!

C'est vrai

je tremble toujours sur le plot

Apollon

chaque poème est un bord de plongeoir
avec toi

je prends toujours mon élan

Apollon

chaque poème est mon défi quotidien

la tête sous l'eau

et je te maudis bien
cruel dieu
pendant qu'au bord du plongeoir
je reprends demain  ma place
Poète

et

le feu dans les cheveux
 je te bénis bien
gentil dieu
en quittant ta piscine
je m'émerveille et je ris
merci pour ta perche
je te remercie
pendant
 je  te récite
ce matin

.................................
Au bord du plongeoir
l'on a mal au cœur
au bord du plongeoir
l'on tremble et l'on tremble
au bord du plongeoir
tout se brouille
................





mercredi 10 juillet 2013

Tais-toi aussi serpent Apollon!

Ah

c'est le début

triomphants

les sept anges
sonnent
les sept trompettes
résonnent

triomphantes

c'est l'Apocalypse!

Ah

c'est la fin

radieux

les sept anges
sonnent
les sept trompettes
résonnent

radieuses

c'est l'Apocalypse!


Et

 hagards

les morts
se lèvent
et
les marmots
se relèvent
et
les vieillards
se soulèvent

et se guident

affermis
enfin
heureux

au Verbe divin
aux  salvateurs mots
à la voix miséricordieuse!

Et moi aussi
je secoue aussi ma poussière!

Et moi aussi
j'abandonne aussi lyre et fanion!

Et moi aussi
je redécouvre aussi un ciel bleu!

Et moi aussi
je m'émerveille aussi de la beauté!

Et moi aussi
 ébloui j'abandonne aussi Apollon!

Et moi aussi
aveugle vieillard

je me laisse guidé

aussi

à fur à mesure des pas
rajeuni
à fur et à mesure des vers

aussi

par l'hôte divin!


Paix; paix enfin!
Chantent les anges!
Le Paradis, le Paradis enfin!

.....
chante aussi le Tentateur!


Plus jamais, plus jamais de sommeil!

Las!.....

Plus jamais, plus jamais de rêves!

Las!....

Plus jamais, plus jamais de Poésie!

Las!...

Tais-toi aussi  serpent Apollon!








jeudi 4 juillet 2013

mon hôtel de Madagascar Poète!

Il est un joli  hôtel
très loin
dans une grande île
très loin
dans un presque continent
il est un hôtel

joli

et

chaque nuit
je le visite
chaque nuit
je le visite

je souris



et


chaque pièce
chaque pièce
j'en inspecte
les éléments

en soupirant d'aise

qu'il est beau mon hôtel

je ris

et

chaque nuit
sous un figuier des banians
de loin
je savoure
son spectacle
son spectacle
je savoure
de loin
sous un figuier des banians

à l'autre bout

du parc

ébloui

et

chaque nuit
respectueusement
j'accueille
mes hôtes si turbulents
mes hôtes si turbulents
j'accueille
respectueusement

mes rois lémuriens

ravi

et

chaque nuit
je chasse
le papillon
exotique
le papillon
je chasse
pour le libérer

tout de suite
sans le blesser
dans le grand fumoir

de l'hôtel

mon papillon

maudit


et
chaque nuit
je rêve
sous les palétuviers
s'y pardonner
bon
Mauvais
mauvais
Bon
s'y pardonner
sous les palétuviers

les amis retrouvé
les frères retrouvés

mais las
mon rêve n'est qu'un mirage
et je pleure
mon rêve n'est qu'un mirage
un si joli mirage
et je pleure
ma folie
et je pleure
une folie

qui me hante
chaque nuit
qui me hante

-parfum de vanille!-

mon hôtel de Madagascar

Poète!

Zonas de SARDE!

Ah

dans mil ans
mes poèmes
plus que des cendres de papier
grises
dans mil ans

pleurait
ce matin
sur les bords du fleuve lent
pleurait
ce matin
près des roseaux du Nil rouge

le Poète!

Ah

dans mil ans
mes larmes
plus que des cendres de papier
 grises
mes rires
dans mil ans

pleurait
ce matin
sur les bords du fleuve lent
pleurait
ce matin
près des roseaux du Nil rouge

le Poète!

Et

 rien ne le console
ce matin
le Poète

même pas les jolis matelots
ni les graciles abeilles d'Alexandrie
ni les grenouilles reines des nénuphars

rien ne le console

pas même le blond Apollon
ni les orientales Muses
ni les tristes milans

qui dansent autour de lui

tambourinant soleil!

Et

 rien ne l'égaie à midi et rien ne l'émeut
et il pleure et il pleure
encore plus
et
rien ne l'amuse à midi  et rien ne le fait rire

même pas la vue d'un petit enfant

malhabile
peinant à monter l'échelle
d'une barque
guidé par le nocher
plein de sollicitude
qui en a du coup posé les rames
sur une cruche d'argile

pas même la vue d'un petit enfant

qui pleure en voyant s'éloigner la barque
et son père sanglotant
aux bords de la rive

surtout pas à la vue d'un petit enfant

qui le fait
ce soir
composer
à minuit

en larmes

son plus beau poème
celui qui le fait entrer dans les livres de Poésie antique
sa plus belle oeuvre

celui qui me fait aussi pleurer
  son dernier soir
celui qui me fait aussi  pleurer
ce soir

son plus beau poème
celui qui le fait entrer dans les livres de Poésie antique
sa plus belle oeuvre

pour la postérité

et

 il écrit et Yourcenar traduit et je lis et chaque mot m'est une larme

du  grand Poète
de l'illustre
de l'homme


Zonas de SARDE!

------------------------------------------------

"Sombre passeur Charon, dans la noire vapeur
Du Styx, parmi les eaux blêmes, parmi les âmes,
Lorsque viendra l'enfant qui nous quitte aujourd'hui,
Sois bon, tends-lui les bras, lâche un instant tes rames.
Il est petit; il marche à peine; il aura peur,
Aide-le à grimper l'échelle étroite et rude,
Et pour le long, le froid passage de la nuit,
Place-le dans ta barque avec sollicitude."

Routine

Ah

routine

 tous les soirs

je m'endors

et je rêve et je songe et je songe et je rêve et je ris et je pleure

 et  je rêve

et je m'endors et je pleure et je  pleure  et   je songe et je ris


et je songe

et je ris  et je rêve et je rêve et et je pleure et je m'endors et je songe

et je ris

et je pleure et  je rêve et je rêve  et je m'endors et je songe  et je rêve

et je pleure

et je songe et je m'endors et je m'endors et je rêve et je ris


ma routine


ma journée!



mercredi 3 juillet 2013

les sureaux

MAI

ancienne voie de fer
de
Royan


valets infidèles

les sureaux me crêpent

le chemin!

Apollon 1er Avril mâtin!



Ami Poète

me dit

ce matin

le doux Apollon

me réveille
le terrible Phébus

entends moi

mon copain

prépare ta lyre

dehors
il fait beau

ce matin

et je vais t'aider

je t'offre le plus beau cadeau que je puisse faire
à un Poète

comme toi

romantique
à souhait

écoute moi

ce matin

je vais te souffler le poème le plus triste
les vers les plus douloureux

ce matin

dans la veine
de ceux

qui alanguissent
les châtelaines

mourir d'amor
les pages

pendent les larrons
pour
les vilaines

Ah

les pleurs
de
tes prédeceseurs

Musset
Sponde
Lamartine

seront

gaudrioles
pour les générations à venir
gauloiseries

à côté de ceux que je vais t'inspirer

ce matin

et ne me dis pas

faux modeste
que tu n'es pas à la hauteur
que ton luth est désaccordé

ce matin


je sens la même pâleur
la même mélancolie
la même tristesse

qu'un Romantique

malgré
tes jeux de mot
tes ris

tu te caches mal

Sigur Ros
enfant terrible
Mime ami!

Plus d'excuse!

Ah

je sais
insolent

Poète

que
tu as du talent

et ne rougis pas

même que tu veux être académicien
et tout l'Olympe en parle

si tu n'es pas présomptueux
héros
prends ton luth

ce matin

maintenant
compose!

Ah
je maugrée

et puis je prends
ma plume

et j'accorde ma lyre

ce matin

Apollon
maudit dieu

daouste moi!

Apollon
me regarde

et puis ensuite
il sourit

Poète

ce matin

quel jour est-on
aujourd'hui

ami Poète?

Ah

le calendrier
sonne

méchant

ce matin

1er avril

factieux!

ah non dieu blond
tu me fais

un Poisson d'Avril


et je ris de ta farce
dieu galopin

ce matin

ensoleillé
à Cognac

ciel bleu ancolie
souffle tiède
odeur du gazon coupé

et je pleure de ta farce

Poète
désœuvré

mélancolie
ce matin
blues


et je ne sais pas

ou te louer
ou te maudire

ce matin

Apollon 1er Avril mâtin!

Les petits enfants en SYRIE rêvent de GOLDORAK! Et de la route 7! Et moi aussi

Les petits enfants

en SYRIE

rêvent

de

GOLDORAK!




 Et

de la route 7!




Et moi aussi!

Rois Poètes Indignez-vous, rêvez!

Rois  Poètes


 Indignez-vous,



 rêvez!

Amandier en fleurs....

Amandier en fleurs



Tye Die
Chris Daoust

pleure



déraciné

arbre



Poète !

mardi 2 juillet 2013

mes apprentis Académiciens!

Ah

de toutes les formalités
académiciennes

je n'en crains qu'une

et
assez bizarrement

ce n'est ni l'habit
ni porter un uniforme
qui me rebutent

(j'adore

le Vert
les costumes
et porter une épée ne me déplaît pas

ami Lecteur!)


assez curieusement

ce n'est pas le Discours
non plus

bien préparée
la Cérémonie
passera

(et puis les Académiciens sont plus indulgents que nombre de blogeurs littéraires!)


Assez étrangement
ami lecteur

je redoute

la présentation à chacun des immortels

la visite!

Ah
j'en tremble

Godzilla
invité
chez l'Empereur
du Japon

balle de croquet

rouge
au milieu
d'un
gazon
vert pomme

je n'en dors pas la nuit

angoissé


d'abord il faut me faire faire
une carte de visite

mais cela je l'ai déjà traité dans un précédent poème
ami Lecteur tu me suis?

ensuite


il faut tout de même
lire leurs œuvres
avant d'aller les voir

c'est la moindre des courtoisies

et ami Lecteur
ils sont quarante

et chacun d'eux
possède
une caverne d'Ali Baba

d’œuvres
de textes
de discours
de livres

intéressants ou indigestes

à consulter!


Ensuite
il ne faut pas

les confondre

attribuer à l'un une oeuvre
de l'autre

se tromper d'Académicien

ne pas les vexer en étant trop petit ou trop grand

ces divinités sourcilleuses!

Ah

il me faudrait un mentor
en fait

un Académicien
patient

qui m'aide
qui me rassure
qui me console

un gentil mentor

un bon berger

qui me guide

( et ce n'est pas
sûrement
toi

Apollon

qui va m'aider

aujourd'hui
ou demain

paresseux dieu!)

un compatissant Maître Jedi

comme moi

je souhaiterais
un jour
Académicien

l'être

un Victor Hugo

qui encourage
qui émule
qui protège

ses apprentis Académiciens

un Victor Hugo

qui encourage
qui émule
qui protège

mes apprentis Académiciens!

le berger corse est passé Poète!

Bastia
neuvième étage!

Soleil couchant!

Éclats de rire!
Mains qui tapotent les barreaux du balcon!

Enfants écoutez!

Chut!

Le berger corse arrive!


Moutons
au loin

18 heures

moutons
au près!

Donguedong!Donguedong!Donguedong!
Donguedong!Donguedong!
Donguedong!

Donguedong!

Moutons
au loin

18 heures

moutons
au près!

Gonddegond! Gonddegond! Gonddegond!
Gonddegond!Gonddegond!
Gonddegond!

Gonddegond!

Ça y est
enfants

le berger corse est passé

Poète!

lundi 1 juillet 2013

Le chemin d'Eze!

Pauvre Nietzsche

tous les jours
tu te fais la montée
la descente d'Eze
par un petit chemin
serpentant la montagne

et tu peines
et tu as chaud!

Ah

pourquoi t'infliges tu cette torture?

Tu pourrais
comme moi
rester à paresser
des heures sur la plage
à regarder les jolis pécheurs bruns
se battre contre la nature
à lutter contre le filet
ou chez toi

gemütlich

tu serais tellement mieux

à manger
un croissant
aussi blond et doré
que le jeune boulanger

à le tremper dans du lait chaud
à le tordre
à le décapiter
à l'émietter
en soupirant
amoureux
mollement
au troisième tome de ton Zarathoustra!

Las

tu n'es pas

moi

et des milliers de jeunes gens
de touristes
et
moi

nous te maudissons!

Disons
que
tu es fou à lier
à faire
ces dix kilomètres tous les jours!

Et

Nietzsche

surtout

ne me parle pas

du ciel pur
du soleil
de la mer blanche!

Ah

philosophe


tu ne sais pas me prendre

si
tu étais malin

tu me parlerais
plutôt
du joli berger
aux yeux liseron mauve
qui joue du pipeau

pour son sourire

je le ferais

alors


bien


ton chemin d'aise


pour son sourire


je le ferais

alors


bien


heureux Nietzsche


ton chemin d'Eze!

"Minuit! Je me réveille! Johnny gare sa voiture!"

Ah Poète, me dit un lecteur, plutôt que de bêtifier dans tes rimes, pourquoi rimailleur insolent n'écris-tu pas un roman? Tu seras certain au moins de t'établir une rente Léo Taxil littérateur, au moins tu seras invité au Festival de Littérature de Cognac et pourra y briller enfin ton bavard babil, au moins tu pourras prétendre avec plus de sûreté à un fauteuil à l'Académie Française, goupil Homme de Lettres!


 Ah gentil lecteur, j'ai entendu ta complainte, j'aime ta sollicitude mais écoute! Si je poétise, ce n'est pas sans raison! Entends mon histoire!

 Ah, je me souviens de mes premiers essais littéraires à 13 ans, entre un dessin animé larmoyant, un triste Wattoo Wattoo et une énième punition en Maths, un théorème à recopier cent fois, une sombre histoire de triangle rectangle ou une abominable propriété remarquable, ma mémoire se refuse, j'avais brusquement décidé d'écrire une œuvre, un roman et déjà je voyais mon nom briller dans les cieux de la Pléiade et sans aucun plan, à l'aveuglette, j'avais écrit maladroitement cette phrase et je te la livre telle quelle, elle me reste dans mes souvenirs "Minuit! Je me réveille! Johnny gare sa voiture!" Et ensuite, plus rien, je me désespérais, aucune inspiration, Apollon me tirait la langue et je me languissais et je priais le dieu, développe moi! Mais rien du tout,  Phébus avait filé et me laissait à ma punition et je pleurais et je le maudissais!

 O pourtant, gentil Lecteur, j'étais bien ingrat, je n'avais rien compris et avec moi réfléchis à cette simple phrase, tu y verras vite la patine poétique! Je te commente, Minuit, (l'heure qu'affectionne Maurice CAREME, entends avec moi rire les elfes, regarde danser les sorcières de Goya, tremble et cache toi Macbeth arrive!) Je me réveille (l'instant romantique) Johnny (le détective du roman noir, un jeune en cavale et qui a volé un véhicule, un cadre dynamique..?) gare (idée de mouvement dans une phrase labile, retour paisible du travail ou danger en filigrane, que vient-il faire?) sa voiture (imagine la avec moi cette voiture)! Apollon me montrait le chemin et j'avais fi de son aide et je lui en demande pardon aujourd'hui et je ne l'ai comprise qu'hier en méditant sur ta question, gentil Lecteur ,cette phrase qui n'a jamais abouti à un roman, me voue Poète à vie

 "Minuit! Je me réveille! Johnny gare sa voiture!"



"Minuit!


Je me réveille!


Johnny
gare


sa voiture!"


Michel Tournier

Ah

gentil lecteur de mes émois
mon Lundi

adorable liseuse de ma peine
mon Mardi

insupportable déchiffreur de mes rébus
mon Mercredi

patient fan de mes enthousiasmes
mon Jeudi

révolté fidèle de mes passions
mon Vendredi

curieux de mes oeuvres académicien
mon Samedi

glorieux Soleil chômé
mon Dimanche

ne partez pas
au début de ces vers

restez

ne refusez pas ce poème
dédicacé
à votre attention!

Ah

ne rejetez pas ces mille lys
que je vous adresse

mes amis

ne mettez pas les doigts dans les oreilles

mes Yys

lassés

d' entendre
de nouveau

un air
trop triste

Mime pleurs

ou trop joyeux

Castafiore trémolos!


Ecoutez
encore

donc

mon chant
du cygne

et

ne vous alarmez pas de mes airs
langoureux

Poète sirène

et

ne soyez pas sourd
à ma musique
Delphes
à mon violon
elfe

je ne suis pas méchant
Roi des Aulnes!

Ah

je vous aime tant

mes découvreurs
Robinson
mes explorateurs

et

tous les jours
en votre honneur

je pavoise

mon petit royaume
ma petite Ile d'Elbe
mon refuge

pour vous


et je mets le deuil
et je pleure

sans vous!

Ah

que ferais-je encore plus

pour vous entraîner

mes gémeaux
mes météores amis

Saint Christophe

pour vous aider?

et inlassablement

je chante

heureux de vous accueillir
mes copains
à la fin de ce poème
triste de vous voir partir

et je ne suis pas ingrat

je remercie Apollon

et

je prie le dieu

et je vous prie

lecteur, lectrice
mes nices, mes quotidiens visiteurs

continuez à m'inspirer
encore longtemps

je vous suis reconnaissant

Michel Tournier


 Poète!

Eugène Boudin!

Le comble de l'artiste contemporain!

Poète!

Au lieu de folâtrer

dans les prés

près de la Charente!


Réponds-moi!


Le comble

de

l'artiste contemporain?



____________________



Facile!

Versifier

a
l
e
x
a
n
d
r
i
n
s
!

_____________________

Non!

Je repose l'énigme!



Le comble

de

l'artiste contemporain?

_____________________


;;;;;;;; Chouette! ;;;;;;;;

Composer

évidemment

en fonétik

ou en latin!




______________________

Non

sois sérieux enfin!



Cesse de nourrir les cygnes!



Je me répète!


Le comble

de

l'artiste contemporain?


_______________________

Sans réfléchir!


.....................

Le comble de l'artiste contemporain!


Aquarelliser

mon

monde

Poète

Eugène Boudin!

Rule Britannia

Je
vous

salue

humblement

ce matin

mes
7
candidats,

mes
7
confrères,

mes
7
coPrétendants :

M. Michel Carassou
M. Michael Edwards
M. Olivier Mathieu
M. Thierry de Montbrial
M. Patrick Poivre d'Arvor
Mme Isaline Rémy
M. Joël Vergnhes


à l'élection REMY!

O

je suis
si désolé

de ne pas pouvoir y participer

avec vous

mes mignons

mais
l'Académie
ne m'a pas autorisé

à briguer
deux fauteuils

en même temps!

La vilaine!

Mes voeux
donc

vous accompagnent tous!

Objectivement!

Je vous aime tous!

Mais si j'étais Académicien

je le dis

ouvertement

je voterais

pour Michael Edward!

Pardonnez-moi
gentils!

Pas
pour

vos mérites

ni

pour vos valeurs

ni même
pour vos oeuvres

respectifs

non

je suis injuste


pour lui


je reconnais

je suis subjectif


pour lui


rien que de

l'imaginer

être joué

rien que de

l'entendre

par les tambours

être
roulé

Quai Conti

mon suffrage

irait
pour lui

exclusivement


et déjà
je
le fredonne

cet air


tout

en

jouant à Scotland Yard

ou

en

lisant la Marque Jaune


et tant pis pour Zemmour

je suis un traître

et tant pis pour la Belgique

j'aime pourtant le Brabant

et tant pis pour la Bretagne

et ses korrigans

mais

j'adore

trop

je frémis tant

je vole

libre

sur les flots


à bas les Tyrans


je me décide

pour toi


Michael Edwards


enfin

surtout

pour lui

-je suis lucide!-



l'air qui fait tomber les Tyrans


Rule Britannia

Poète!

PRINCE POÈTE!




Ah

je m'étais levé de

bonne
bonne
bonne

humeur

ce matin

malgré les nuages gris
qui

pleuraient
sur
Cognac


et je me préparais

à une belle composition

à une de mes célèbres odes ultralettristes
dédiée

au jeu BOUNCE

ou
à la SOTTISE

en hommage à une préface drôlissime de DUMAS FILS


ou
aux KINDER SURPRISE

et j'hésitais

à qui la dédier
cette ode?

gentil lecteur

et

l'inspiration semblait venir
iode

et

Apollon me chatouillait le nez
plume de cygne

et je me réjouissais déjà!

Ah

des
lettres
envahissaient mon cerveau
frétillaient
mes doigts

quand
un lecteur
ou
une lectrice

en tout cas impatient

m'a apostrophé
dans un courriel

vivement!
--------------



Ah
Poète

n'as-tu pas honte

vilain rimailleur

pourquoi sans cesse prostituer ton art
à des marques
à des produits?

Critique de la société de consommation
mon œil!

Tu parles!

Tu adores plutôt agacer!

Si ce n'est pas avec tout l'OLYMPE
dans tes vers

aussi

tu m'écrases
avec
tes réclames


tu m'énerves
avec

tes publicités!

O

Je te vois déjà venir
Académicien

ton épée sponsorisée par LALIQUE
ton habit vert
par GIVENCHY ou HERMES?

Insolent rimeur
jusqu'où iras-tu

audaciomètre Poète?

Ton art se doit d'être

gratuit
noble
non mercantile

Je vais te dénoncer à l'opinion

moi

Eschine lecteur

je te dis


tremble
Poète Timarque!



---------------


Ah

j'écoutais la diatribe
serein Démosthène

et j'ai laissé
passer

ta mauvaise humeur

mignon lecteur

et je me souvenais
avec amusement

des moniteurs

agacés
comme toi


quand enfants
nous chantions
BANGA
ou
LA BELLE DES CHAMPS


et nous avions bien raison
de leur tirer la langue!


Ah

sois gentil
plutôt

laisse moi savourer
cette réponse
laisse moi savourer
ce poème dédié à lui

je ne suis pas MySpace

je ne vais pas te cruncher

adorable lecteur

je pensais

tout en croquant
un biscuit au chocolat
tout en croquant
un imperturbable

PRINCE POETE!

mon fils frappe moi,mords moi!

Ah

mon enfant

je me tiens devant toi

mon fils

et que vais-je te dire

j'hésite

comment vais-je te l'annoncer!

Ah

frappe moi, mords moi

ta mère est morte hier

et tu trembles
et tu as froid

et je tiens ta main

et j'ai peur!

Ah

frappe moi, mords moi

tu me regardes confiant
et tu ne te doutes
de rien

et c'est vrai
aujourd'hui

que je suis lâche

et
muet

père

j'évite tes yeux

mon enfant

et moi aussi

je tremble
et j'ai froid!

Ah

frappe moi, mords moi

jusqu'au sang

n'étouffe pas tes sanglots
tout à l'heure

ta mère est morte
et les mots ne me viennent pas

et je crains

plus rien ne te consolera!

Ah

frappe moi, mords moi

nous ne l'oublierons pas

nous irons

tous les jours


fleurir sa tombe
de violettes

lui parler tendrement

déguster avec elle

des macarons
mignons

ceux qu'elle adorait

boire avec elle
du vin

celui de Samos

celui que l'on verse
à terre
païen

contempler
les fourmis

celles que les enfants torturent
ivres de soleil

caresser le chat

celui qui

s'étend et ronronne
Bon Samaritain
gentil félin

et je te laisserai pleurer

et je tournerai ma tête
en faisant mine de regarder

là bas

Bastia

au loin

la mer et le ciel qui azurent

au col de Teghime

le canon qui brille!


Ah

frappe moi, mords moi

tout à l'heure

révolte toi
contre le porteur de mauvaises nouvelles

tout de suite

contre le destin

contre ton père

contre moi
le Poète

qui avec toi



pleure

gémis


mon fils



frappe moi,mords moi!

Ô mon frère....

Ô mon frère....


Ô

mon
frère


.....

mon Sac US!

Juillet

enfin

les vacances!



je sifflote!

Génial!

Je ris!


Demain piscine découverte!



Led Zeppelin

Kiss

Trust

Police


groupes inconnus


nemos inscrits musicaux


je vous abandonne

jusqu'à la Rentrée!




Ne pleure pas

gentil

je te reprends en septembre

ami

dans deux mois

ça passe trop vite

les vacances

je soupire

tu me hantes déjà

trop tôt




mon

Sac US!

Dexter) Poète!

Ah

rassurez-vous

donc

Messieurs les Académiciens

ne tremblez pas

Immortels

déjà

je l'avoue

serial

je ne tue pas

sanguinaire

je ne candidate pas

méchant

je ne me nomme pas

Luka Rocco Magnotta

Prétendant!


O

soyez soulagés

je

ne

massacre

que les mots et la Poésie

soufflez

vous ne craignez rien

je ne suis

qu'un bourreau

du dictionnaire


et

mon office

je l'exerce

paisiblement

que sur myspace ou facebook

quiètement



et avec moi

pas d'angoisse

voyez mes mains

pas de hache!



Accueillez-moi

gentils habitants du Quai Conti

permettez mes visites

je sais

être

si poli, si gentil

Prétendant

(et du reste

je n'aime de série

que

Dexter)

Poète!

mascotte à la confiture d'abricot!

Marée haute

cris
été

vaguelette !

Vite

mes pieds
pauvre voisin

mouillée

serviette !

Bah

je ris
en fait
j'en ris

tant pis les soucis

on verra bien
si
la
mer
monte

e
n
c
o
r
e

adieu

je
vais
te
croquer

pauvrette

je te croque

dégoulinante

je vais te dévorer

dorée

je te dévore

.................................

ça y est

c'est fini

je pleure

tu étais si bonne

mais rassure-toi

demain

je te rachète

(et

je
ne
risque
pas
de t'oublier

en fait

j'adore
trop

ton souriant vendeur)

à demain

ma jolie

mascotte à la  confiture d'abricot !

Merci APOLLON WEB de me souffler tes poèmes! Avant le 12/06/2013

Je suis le premier candidat à briguer un fauteuil de l'Académie française en tant que PoèteBlogueur ou BlogueurPoète (fauteuil REMY)!

Et je le revendique du reste uniquement à ce titre!

Mon site MySpace est l'endroit idéal pour éditer mes poèmes car à la confluence de la création et de la musique! En outre les MySpacers sont des gens charmants et je n' y ai jamais rencontré de méchants et cruels trolls!

Le format du blog est idéal pour ma poésie contemporaine et pour l'instant je ne caresse pas le projet d' être édité par une quelconque maison d'édition!

Pas besoin!

Le clavier me joue une jolie musique et je l'avoue je n'écris que rarement sur du papier!

 En fait jamais!

J'ai commencé mes oeuvres poétiques par des SMS puis par des blogs puis par des twitters! Je laisse aussi souvent mes poésies comme commentaires sur youtube!

Sans le NET mon inspiration serait nulle et vaine!

Merci APOLLON WEB de me souffler tes poèmes! Avant le 12/06/2013

Au fait je suis aussi l'inventeur de l'émoticône de l'Académie française et de tout ce qui s'y rapporte!


A:::yoOY::::Z


DELAPORTE Yves-Denis

dimanche 30 juin 2013

Place François Ier


Ah

j'ai étendu les pieds

place François Ier

dénoué le foulard
qui serrait le col
trop à mon gré

place François Ier

et

le manège tournait

place François Ier

et

monotone le vent balayait les feuilles
mortes

place François Ier

et

le soleil se faisait timide

place François Ier

et

l'Internationale
se mêlait aux Dallas et Drôle de Dames

Place François Ier

et

les angelots joufflus
soutenaient
blasés
putti charentais
candides
grappes de raisin
et blason de la ville

place François Ier

et



je fume
et je pleure

place François Ier

je pense à Nice

place François Ier

à ce CD
de ce groupe de rock rencontré au Volume
à ce CD enrayé et cassé

place François

à ce CD argenté miné par le temps

et je sanglote

maudit  temps mange-disque

place François Ier

et puis
j'imagine Félix Noël prochain et je ris

place François Ier

je termine le café

place Saint François

à Nice

je penserai à toi que j'invoque aujourd'hui

merci de m'inspirer


Place François Ier!

Axel Poète!

Attentifs
des lecteurs
perspicaces

me questionnent
dans leurs courriels
m'interrogent

dubitatifs
en colère
ou lassés!


Ah

Vilain Poète
tout le temps

ils me disent

tu nous gargarises
Rimeur impénitent

de tes bêtises

nous
tes pauvres liseurs

Insolent rimailleur

tu nous gaves

de tes odes ultralettristes!

Qu'est cela donc?

Ah je le sens

ironisent-ils

tu te moques encore


c'est certain

de la Poésie
contemporaine
de la Littérature
actuelle


bouffon traumatisé par une Récitation
de ce gentil Prévert!

Quand pardonneras-tu?

Quand cesseras-tu
de nous importuner

Poète

de ces babillages?



---------------------




Ah
je vous ai écoutés

mes lecteurs Bovary

et je me suis interrogé
sur le plaisir

que je prends

à faire ces poèmes

pompeusement appelés
odes

ces vers Pompiers!

Et je le reconnais

au premier abord

ce sont des hommages
dédiés
à Isidore Isou


mes odes ultralettristes

et ensuite

je le sens

je rimbaldise
avec chaque voyelle
je suis Voyant
avec chaque consonne

dans

mes odes ultralettristes

et après

je le confesse

sadiquement

je tue
le Verbe
j'assassine
le Mot

mon arme

les odes ultraletttristes

et enfin

je l'avoue
humblement

mon Lecteur

ne souris pas
ne te moque pas de moi

si je te chuchote mon secret

à chaque fois que je compose

mes odes ultralettristes

je me sens

revivre

Jules Verne Lecteur
de 10 ans

je me souviens de ce livre rouge doré Hetzel

et alors

je me souviens de ce cryptogramme
à déchiffrer dans
le

Voyage au Centre de la Terre

et en y pensant

je pleure
à chaque fois
je ris

et j'espère
à chaque fois

que tu arriveras
toi aussi
à le déchiffrer

mon énigme en latin

que tu affronteras
sa lecture

mon rébus
Arne Saknussemm

mes runes

que tu comprendras
à la fin

combien
je t'aime

à travers mes odes ultralettristes

mon joli lecteur ma jolie Graüben

combien
je t'aime

Axel Poète!

samedi 29 juin 2013

mon FLORIAN!


Ah

gentil lecteur

tu me demandes:


insolent Poète

dans tes poésies

n'es-tu pas trop moralisateur
en fait?

malgré ton air désinvolte
tu distilles

le bien

sous l'apparence du mal

sans cesse
à partir d'un vin aigre

tu me fais un Cognac
de vertu

qui à la longue peut me lasser

Comtesse de Ségur admirateur

ne peux-tu pas cesser de jouer
méchant blondin Poète

au fabuliste?


---------------------------

Ah mignon lecteur

j'ai lu ton message avec beaucoup d'attention

et j'ai réfléchi


et la Muse Houna

m'aide

et Apollon
mécheux
brun BB BRUNES
coiffé
est venu me souffler la réponse!

Ah
FABULISTE

tu as peut être raison
perspicace lecteur

dans la lignée de


Jean-Pierre Claris de Florian
Jean de La Fontaine
Ivan Krylov
Charles-Guillaume Sourdille de la Valette
Jean-Jacques Boisard
Jean-François Boisard
Antoine Le Bailly
Ésope
Bidpaï
Tomás de Iriarte
Abstémius
Isaac Nicholas Nevelet
Carlo Gozzi
Phèdre
Avianus
Gabriele Faerno
Loqman
Gotthold Ephraim Lessing
Christian Fürchtegott Gellert
Félix María Samaniego
Jean-Jacques Boisard
Antoine Houdar de La Motte
Charles Gildon
Mancini-Nivernois
Jules Soliste Milscen
Jean-Joseph Vadé
Isaac de Benserade
Nicolas Grozelier
L'Abbé Aubert
Jean-Joseph Vadé
Berlot-Chapuit
Antoine Furetière
L'abbé Le Monnier
Charles Perrault
Maximus Planudes
Al-Ibsihi

dixit WIKIPEDIA


des BB BRUNES aussi


j'appartiens peut être à ce monde littéraire


et du coup

j'ai regardé

attentivement

dans cette masse d'auteurs

celui qui aurait pu me faire naître cette vocation!

Ah

LA FONTAINE
est certes génial

certes PERRAULT
m'enchante


certes ESOPE est une référence


mais celui qui m'a fasciné
celui qui m'a marqué
le plus

c'est le gentil FLORIAN


Ah
lecteur

sur ses fables
enfant

que j'ai pleuré

alors
que je te défie
lecteur dubitatif

de pleurer
sur LA FONTAINE

trop lourd
dans ses épilogues
trop lourd
dans ses morales!



Ah

jamais je n'ai gémi pour l'agneau


et je n'aime pas plus

d'ailleurs

qu'il sacrifie trois jouvenceaux

pour prouver

qu'un
loup
a raison
qu'un vieillard

aussi péniblement

alors
que

tendre lecteur

enfant
je verse encore des larmes
grillon
même en ce moment
pour le pauvre papillon déchiré!



Ah

cet auteur
est mon préféré
ce Florian

lecteur c'est ainsi

et tourterelle Poète
je le prise

pour sa légèreté
son génie
sa grâce

et je médite sur son sort de Poète
mort trop jeune
encore
et je déplore le destin de l'oiseau légendaire


et je l'aime
mon poète
et je l'aime
mon phénix
et je l'aime

mon FLORIAN!

------------------------