mercredi 19 juin 2013

MOLK Poète

Ah

quand
par hasard

je feuillette
mes livres
d'enfance

c'est toujours

d'abord
avec beaucoup de tendresse

que je te feuillette

que j'écorne
tes pages
jaunies
par le temps

que j'époussette
la poussière
et
les toiles d'araignée

-pardon ma pauvre!

que je t'ouvre
avec plein de respect

mon Livre de La Jungle!

Ah

c'est toujours un régal
de te
relire

Mon Livre de La Jungle

et avec beaucoup de joie

alors
je me mowglise

Mon Livre de La Jungle!

alors je redeviens
petit homme

Mon Livre de La Jungle!

alors je rêve tant
de te raconter
en histoires
avant
de dormir
à mon petit neveu!

Mon Livre de la Jungle!

Ensuite

c'est l'horreur

Mon Livre de La Jungle!

de tes images
de tes pages

Mon Livre de La Jungle!

de ton corps

Mon livre de la Jungle


suintent
des flots
du sang

Mon Livre de La Jungle!

et irrémédiablement

au bout d'un moment

j'entends
les
explosions de canon

et j'ai peur

les balles sifflent


et je ne vois rien

sinon

des corps humains


mélangés

également frères dans la mort


et je tombe!

Ah

Mon Livre de La Jungle!

sur tes pages
alors

Mon Livre de La Jungle!

je pleure

Mon Livre de La Jungle!

et

après

je maudis Kipling

d'avoir sacrifié
père Carhaginois
son fils
à la déesse Guerre Kali

-même les Spartiates n'en auraient pas autant demandé!

son Mowgli
au Serpent Kaa Discorde
d'avoir laissé son petit Toomaï
être écrasé par les éléphants Nations
d'avoir engendré son fils pour la Mort Messua

d'avoir outragé
ainsi
Mon Livre de la Jungle!

Ah

Pauvre Livre de la Jungle
tu n'y peux rien

mais alors je te délaisse avec joie

je sèche mes larmes


et je me promets
vainement
jusqu'à la prochaine fois


adieu Kipling,

MOLK Poète!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire