mardi 23 août 2016

Sous les pruniers de Cadeuil



Sous les pruniers de Cadeuil

L’on y  mange Nietzsche
Ou des abricots de l’arbre voisin

Sous les pruniers de Cadeuil

L’on y ramasse des idées
Ou des miettes de pain

Sous les pruniers de Cadeuil

L’on y goute  le grain de midi
Ou le vert raisin

Sous les pruniers de Cadeuil

Le temps passe si vite
Dés le matin

Sous les pruniers de Cadeuil

Tout grandit si bien

Sous les pruniers de Cadeuil

Tout grandit trop bien

Ces arbres mâtins  
Grandissent trop vite

Et l’on   soupire
Le soir
A la nuit étoilée
A la pleine  Lune
Au brouillard salin

Sous les pruniers de Cadeuil

Tout parait brusquement blafard
Un jour
Ils
Vont mourir
Avant nous
Peut être
L’on songe toujours

 Sous les pruniers de Cadeuil

L’on récoltera
Leur bois mort
Que l’on brule
Avec des pines de pin
En hiver
Il ne restera  d’eux que des fantômes
Que l’on fait renaitre
Le temps d'un feu
Le temps d'une veillée
Le temps d’une Poésie

Le temps heureux

An die Freude
Sous les pruniers de Cadeuil !

2 commentaires:

  1. Sous les pruniers nous sommes tous frères...et soeurs

    @AdrienDLPBR @franck_abr @pier2kan @OlivierStroh @alice22000 @motabs95

    https://www.youtube.com/watch?v=7fQG4CcoRuM

    RépondreSupprimer
  2. Beethoven 9 - Chicago Symphony Orchestra - Riccardo Muti
    https://www.youtube.com/watch?v=rOjHhS5MtvA

    RépondreSupprimer