mardi 17 juin 2014

Qui saura...

Ce matin

à la lumière crue de l'été

le parolier
est content

au ciel bleu de l'été


le chansonnier


se réjouit!

Et il répète chaque mot lentement!

Et il se redit chaque phrase intérieurement

Et il déclame son air suavement - en fait de lui-même content!

Cette chanson est si triste - si triste à mourir- si triste...

Sa chanson le fait pleurer rien qu'en la lisant!

 Des vraies larmes attendries!

Et à midi le chansonnier se demande

qui va chanter
enfin
la mortelle symphonie
qui va porter
enfin
la tunique de Nessus
ensanglantée
qui va oser
enfin

chanter

à la lumière de la Mort

un air si simple

un air si mélancolique


 à l'ombre de la vie!

Et maintenant le parolier s'interroge ce soir

c'est clair

son œuvre le dépasse!

Et il est mécontent

il le sait

il condamne à la Mort l'interprète

son chanteur!

Et s'il jetait

au feu

la partition
et
les paroles
et
le sort...



tout serait si simple?



Et

depuis

à

chaque fois qu'il l'entend

son succès

à la RADIO

maintenant

il le sait condamné!


Et

depuis

à 

chaque fois qu'il l'entend

à la RADIO

son chanteur

maintenant

il pleure

et maudit son inspiration

qui tue un jeune homme
 lentement

 comme un liseron
 tue un lys blanc

 surement

et il prépare déjà

sa réponse


au Dieu tout puissant


qui lui demandera

 nécessairement

des comptes



à son  Lazare

 

Qui saura...







 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire