mardi 23 mai 2017

Les duvets du Printemps



Au Printemps

La neige
Candide
Duvète
De rose
Les fleurs de mai…

Au Printemps


Les fleurs de mai
Roses
Duvètent
De vert
Le parc de la Planchette…

Au Printemps


Le parc de la Planchette
Tout vert
Duvète
De pourpre
Le soleil…

Au Printemps


Le soleil
Pourpre
Duvète
D'or
Les balles de tennis…

Au Printemps


Les balles de tennis
Or
Duvètent
De marron
Les courts de terre battue…

Au Printemps


Les courts de terre battue
Marrons
Duvète
De violet
La Seine…

Au Printemps


La Seine
Violette
Duvète
D'ocre
L’Ile de la Jatte…

Au Printemps


L’Ile de la Jatte
Ocre
Duvète
De mauve
L’âme des poètes…


Au Printemps

L’âme des poètes
Mauve
Duvète
Candide

Les neiges
Les fleurs
Les Parcs
Les soleils
Les balles de tennis
Les courts de terre battue
Les fleuves
Les iles

Les duvets du Printemps …

lundi 22 mai 2017

Caliméro Poète




Je sais
Je  larmoie trop vite
C’est trop facile
D’être Poète
Pour cela
Et j’erre triste
Dans la ville
Ou la campagne
Un baluchon rouge à la main
Une coquille d’œuf sur la tête
Mais très vite
Je reviens sur mes pas
Si Apollon m'en  prie
Quelques vers et je ris
Il est malin
Le dieu blond
Apollon
Pour me faire  changer
D’avis
Gentil Apollon…



Je sais
Je  larmoie trop vite
C’est trop facile
D’être Poète
Pour cela
Mais je ris
Aussi vite
Cela me sauve
Maudit Apollon
Il me distrait
A la main
Un verre de Champomy
Ou une tartine de Vache qui rit
Mon humeur varie
 Heureusement
Ou
Malheureusement
C’est ainsi
Dans les larmes
Ami ou ennemi
Dans les ris
Apollon…



Je sais
Je  larmoie trop vite
C’est trop facile
D’être Poète
Pour cela
Je pince les cordes de ma Lyre
Au gré de mon humeur
Ou du Soleil
Ou de la pluie
Ou du vent
Ou de ma mie
Ou de mes amis
Ou de ton inspiration
Je pleure et je ris
En même temps
Merci Apollon...


Je sais
Je  larmoie trop vite
C’est trop facile
D’être ton  Poète
Pour cela
Apollon
Mais aussi
Parfois ton mi
Est faux
Trop faux
Trop injuste Apollon
Corrige ta note
Quand même
Je suis ton Poète
Malgré toutes les adversités
Apollon 
Je te suis 
Malgré tout

Caliméro Poète….

dimanche 21 mai 2017

Daltonien



Tache verte
Dans un champ  rouge

A la gare de Pons
Entre deux rails
Poussent
Malgré le temps
Entre deux rails
Grandissent
Malgré le train
Entre deux rails
Croissent
Entre deux rails
 Trois coquelicots
Dans l’herbe folâtre

Tache verte
Dans un champ rouge

Maudit Apollon
Je ne suis pas
Daltonien
A ce point !

vendredi 19 mai 2017

Léonard de Vinci




Cercle, carré, Homme de Vitruve
Néo-platonisme
Florence
Dieu
Les Médicis
Marsile de Ficin
Amour…

Que tout donc semble vain
Au réveil
Vanité des Vanités
Maudit Ecclésiaste…

O
Pas de plus grand Mystère cosmique
Que des boucles de cheveu
Ondulées
Pourtant
Soupire
Comique
Ce matin
A son Maître
Mal réveillé
Encore
Ebouriffé 
Déjà ingénieux

Léonard de Vinci…

mardi 16 mai 2017

Le cas MARCO POLO



-          Qui est donc ce vieil homme mort ? Réponds tavernier !

Il vient depuis des années le matin et il passe la journée dans mon établissement.

Et il écrit, et il écrit et au bout d’un moment, il s’endort sur ses papiers.

 Et il dort, et il dort, et il dort et  au bout d’un moment il se réveille et il écrit et il écrit.

Une vie bien monotone somme toute…

-          Et il recevait de la compagnie ?

Jamais personne, monsieur le Commissaire,  sauf un marin génois ou corse qui venait parfois.

Pour se tenir éveillé il m’a donné ce type de substance. Il me demandait de brûler ces graines.

(le tavernier montre des graines de café).

-          Et il vous parlait ?

Non jamais, il se contentait juste  de sourire et de me dire bonjour ou au revoir. 

Parfois il marmonnait une phrase étrange.

« Qui ne l'a pas vu ne pourrait le croire »

Étrange !

-          Il vivait  de quoi ?

C’était un vieil homme distingué et fortuné, allez savoir pourquoi il adorait venir chez moi écrire.

Fréquenter une taverne, c’est étrange pour un patricien.

Il m’a toujours payé correctement en tout cas

A  la fin, il était lassé de tout, il n’écrivait plus rien, il se contentait de fixer le mur.

Attendez,  j’allais oublier, il m’a donné ces deux ouvrages  en gages.

Le premier je dois le remettre à la police à sa mort, il m’a pris pour un notaire apparemment.


 Un joli titre, le Livre des merveilles.

(Le policier examine l’ouvrage)

Le second, je dois le remettre au marin génois… Avec des jolies enluminures, il adorait peindre aussi, je l’ai laissé faire cela aussi.

-          Vous connaissez le nom du marin à qui vous devez le remettre ?

Oui un certain Colomb….

lundi 15 mai 2017

Jupiter et Sémélé

« C’est mêlé de crainte et d’effroi que le Peintre réalise son œuvre… »

Pérore une nouvelle fois le Maître dans son atelier, ce matin…


« C’est mêlé de Foi et de Raison que  le peintre réalise son œuvre… »

C’est mêlé, toujours ce c’est mêlé sourient les apprentis, ce matin.



« C’est mêlé au Monde et à ses pinceaux  que le peintre réalise son œuvre.. »

Toujours ce c’est mêlé…


« C’est mêlé à la peinture de genre et aux  portraits que le Peintre crée… »


Assez de ces anaphores se lamentent les disciples à la longue…




Mon bon Maître Picot avait bien raison 
 
Au bout du compte

Quel bon pédagogue 

C'est mêlé...

Peint ce matin en souriant

Se souvenant du bon temps passé
 

Jupiter et Sémélé


Gustave MOREAU.

Sigur Ros



Regarder le ciel pur
Ardemment
Sans ciller...

Regarder le soleil
Ardemment
Sang si y est...

Écouter Sigur Ros
Ardemment
 Cent ciliées….