lundi 16 janvier 2017

bavarois



La bohémienne a étalé le jeu de tarot devant elle.
Le jeune homme en face d’elle n’en mène pas large quand même.
Les animaux empaillés dans la pièce le regardent impavides.

Le sort est lancé, le sort est tiré, le sort est joué.
Le bois de la roulotte grince. Sinistre.
Le jeune homme n’en mène pas large quand même.


Jeune homme tu n’as rien à craindre. Ton avenir est brillant.
Tu vas dompter le monde. Tu seras redouté. Tu seras Chancelier.
Par la Bible et l’épée tu vas gagner. Dieu est avec toi.
Tu mourras riche et puissant. Avec plein de petits-enfants.

Le jeune homme se rengorge.

Mais ne crains qu’une chose ! Le bavarois.

Le jeune homme éclate de rire.

- Je ne crains ni les français, ni les autrichiens, ni les anglais
Ni même Dieu !

Alors le bavarois…

Le jeune homme se tord de rire.

- Quant aux rois allemands même pas peur
 Je vais les empailler comme ces animaux beaux et impuissants
Le  Cerf, l’élan, le mouflon, le daim, l’ours, le chamois, le renard et le loup..
Ma révolution se fera par le haut
Pas de Princes décapités mais cela reviendra au même !

 Le jeune homme pleure de rire.

- Même mon roi va trembler
Devant moi
Devant la volonté de Dieu  faite Homme
Devant Otto Von Bismarck

Alors le roi de Bavière !

Le jeune homme s’esclaffe de nouveau.

- Le roi de Bavière !

Le jeune homme redevient sérieux.

- Mais je suis superstitieux, va comprendre bohémienne !

Aristocrate vaniteux crains Dieu ! Et le bavarois depuis aujourd'hui. Va-t’en maintenant
Et sois généreux avec moi Jeune homme !

Quatorze thalers résonnent dans la coupelle de porcelaine de Meissen.

NB- A la mort du  Chancelier Prince Von Bismarck ,   l’on retrouva sur la table une tasse de café et un bavarois à moitié mangé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire